jeudi 16 octobre 2014

La stricte application consensuelle

Voici le nouveau logo de Proximus, qui remplacera donc officiellement Belgacom à partir de demain.


image
Que dire de ce logo si ce n’est qu’il est un exemple parfait des tendances et techniques modernes en terme d’identité visuelle? 
-logo typo plutôt qu’un symbol seul, dessin ou illustration.
- pas de majuscule, car “les minuscules ont le ton de la conversationcorps des lettres identiques, avec une descendante en début de nom, remplaçant le rôle de la majuscule.
- une couleur dominante, max 2 couleurs
- pas d’aspects anguleux, les formes courbes adoucissent le nom.
graisse de type ‘heavy’, accentuant la chaleur et la visibilité mais également une certaine hiérarchie au sein des enseignes du groupe Belgacom (voir plus bas)
- même sa version en blanc sur fond noir est très efficace.
image

En terme de sens et de composition, c’est limpide :
- rappel de typo de Belgacom en de nombreux points
- les couleurs du ‘X’ montrent l’évidente fusion des deux anciennes entités et identités visuelles.
-  ce même ‘X’ faisant référence au lien(s), à un réseau, ‘étendu’ mais ‘fermé’ est une dérive d’un pictogramme utilisé fréquemment pour indiquer une expertise technique, une systémique, un ensemble de données maîtrisées.
Au bac le côté ‘corporate' qui suivait Proximus depuis ses débuts, car Belgacom suit la tendance des campagnes publicitaires aux familles modèles. De plus, l’ancienne identité visuelle de Proximus faisait encore tache au milieu des autres identités visuelles du groupeBelgacom.

Il était surtout temps de se débarrasser des poids poussiéreux d’une ancienne enseigne au nom créé en 1930, dont le préfixe n’est malheureusement plus signe d’aucune qualité spécifique en dehors du chocolat et des frites. Belgacom ayant clairement manqué le train des marchés internationaux, il reste à parier que cette nouvelle enseigne effacera plus facilement cet échec de développement économique en renforçant l’identité de l’ex branche mobile.

Consensualisme et gentrification
Malgré tous ces éléments, pourquoi ne pas tomber pleinement amoureux de ce nouveau logo? He bien car vous l’avez déjà vu. Et plus d’une fois. Certes il ne s’agit pas d’un plagiat, mais bien de ce qui est évoqué plus haut : à trop respecter des ‘règles’, on en arrive à reproduire des identités tellement similaires, qu’elles ne se distingueront plus que par leur couleur… Et encore!

Si ce fameux ‘X’, que nous verrons à toutes les sauces à partir de demain, est l’aspect le plus malin de cette nouvelle identité visuelle (le reste n’étant donc qu’une suite logique de ‘règles’), il n’en est pas moins dénué d’un gadget graphique qui nous fera aimer et donc valoriser l’entreprise. Au même titre que nous sommes enclins à créditer positivement toutes les enseignes exploitant par exemple le negative space.

Trop consensuel le nouveau logo Proximus? En tous cas, il s’insérera parfaitement dans le moule actuel des identités visuelles des entreprises télécoms.

Attention donc au consensuel dans l’identité visuelle. Une placide application des règles sans réflexion poussée peut conduire aux pires exemples de bêtises graphiques.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire